Le principe millénaire du “non-agir”